A découvrirHistoire

Qui était Hippolyte Olivier ?

Hippolyte Olivier, chocolatier et bienfaiteur de Saint-Cyprien

Si la place Chairedon se nomme aujourd’hui place Olivier, c’est en l’honneur d’Hippolyte Olivier qui, au XIXe siècle, fut le bienfaiteur du quartier Saint-Cyprien.

Chocolatiers de père en fils

Né en 1810, Hippolyte Olivier est le fils de François Olivier, fondateur en 1780 de la confiserie-chocolaterie Olivier. Originellement située à Saint-Cyprien, la maison Olivier est d’abord une confiserie, une distillerie et une fabrique de dragées, avant de se tourner résolument vers le chocolat.

Un brillant commerçant

Devenu directeur de la chocolaterie, Hippolyte Olivier déménage l’établissement en 1859 au 14 de la place Chairedon. Il emploie une cinquantaine d’employés, ouvre des magasins à Biarritz et Luchon, lieux de villégiature notamment fréquentés par l’impératrice Eugénie, et vend même ses produits à l’étranger, démontrant par là un sens aigu du commerce.

Le bienfaiteur de Saint-Cyprien

Mécène, l’homme préside également le comité de défense de Saint-Cyprien. Il fonde successivement une crèche, puis un hospice pour vieillards, rue de Varsovie, qu’il lèguera à la ville. En 1886, il fait ériger à ses frais, une fontaine sur la place Chairedon en mémoire des victimes des inondations de 1875. La place est finalement rebaptisée à son nom.

La chocolaterie Olivier aujourd’hui

Aujourd’hui, la chocolaterie Olivier existe toujours. C’est la plus ancienne chocolaterie de France en activité. Cependant, elle a depuis longtemps quitté son berceau de Saint-Cyprien et le giron de la famille pour s’installer au 33 rue du Rempart Matabiau. On continue d’y proposer les spécialités emblématiques de la maison : les Délicieuses Toulousaines (violettes pralinées), les Clémence Isaure (raisins macérés dans l’armagnac enrobés de chocolat noir) et les Marquises (pralinés au caramel). 

Texte : Viviane Bergue
Photos : Archives de Toulouse
Site: Agence Novo

    Dans la même rubrique

  • Cyprien

    On entre dans une boulangerie, mais on se sent comme dans une galerie d’art contemporain.…