A découvrirHistoire

Qui était Charles de Fitte ?

C’est au premier élu socialiste de la mairie de Toulouse que l’allée Charles de Fitte à Saint-Cyprien doit son nom. Un homme politique haut en couleur qui s’opposa à Jean Jaurès et qui se défiait de la bourgeoisie.

Un jeune homme pauvre et turbulent

Venu au monde à Agen en 1857 dans une famille noble désargentée, Charles de Fitte devient vite orphelin de père, et voit sa mère obligée de travailler comme gouvernante pour assurer son éducation et leur subsistance.

C’est un jeune homme peu scolaire. Lorsqu’il fait son service militaire au 9è régiment de Chasseurs à Cheval d’Auch, il ne s’avère pas assez discipliné pour conserver le grade de maréchal des logis. Pour preuve, il aurait gravi à cheval les marches de l’escalier qui mène à la cathédrale d’Auch.

Conversion au socialisme

Le turbulent personnage monte à Paris en 1880 où il devient ouvrier typographe à L’Intransigeant, un journal favorable aux communards. La Commune, cette insurrection parisienne de 1871 qui s’est terminée dans le sang, a laissé des traces dans la pensée politique socialiste de l’époque, dont le blanquisme. Ce courant initié par Auguste Blanqui séduit Charles de Fitte. Tandis qu’il apprend l’art de la plume, il intègre le Comité révolutionnaire central d’Édouard Vaillant.

L’engagement politique

En 1886, il regagne Toulouse avec sa femme et ses deux petites filles. La famille s’installe à Saint-Cyprien. Charles obtient un poste de typographe correcteur à La Dépêche. Il reste engagé politiquement. Après avoir adhéré à la Société de la Libre Pensée de Louis Tranier, il fonde son propre parti, L’Union républicaine socialiste. Il lance également deux hebdomadaires, La Révolution et L’Avant-Garde Républicaine et Socialiste. Il y milite notamment pour la journée de huit heures, une revendication portée par le mouvement ouvrier dans tous les pays, à une époque où la quotité de travail atteint volontiers les douze à quatorze heures par jour.

En 1888, il est élu sur la liste municipale du radical Camille Ournac et devient ainsi l’un des premiers conseillers socialistes. Il tente en vain d’obtenir des crédits pour bâtir une ceinture destinée à protéger Saint-Cyprien des inondations, comme la terrible crue de 1875. Mais il parvient tout de même à convaincre la majorité de créer une Bourse du Travail. Celle-ci est inaugurée en 1892, place Saint-Sernin.

Hommage

Charles de Fitte meurt l’année suivante. Deux mille personnes portant le drapeau rouge accompagnent le cortège funèbre. Il est enterré dans un mausolée au cimetière de Rapas.
Ce n’est qu’en 1906 que les allées de Garonne et de Bonaparte (ex-allée des Guinguettes) que l’on voudrait renommer allées de la République reçoivent le nom de l’homme politique.

Texte : Viviane Bergue

Illustration : Portrait de Charles de Fitte (auteur inconnu)

Comment s'y rendre ?

Métro

Allée Charles de Fitte

    Dans la même rubrique

  • Le Vasco le Gamma

    Les deux piliers du Vasco, ce sont eux : Solenne (côté bar) et Bruno (côté…

  • BIJOO BY NAT

    De la brique et des bijoux, de l’or et de l’ocre. Chez Nathalie il ne…